Le découpage : une passion, une leçon de patience et d'humilité.

J'ai découvert le découpage dans un mensuel européen de décoration. Les objets présentés étaient splendides. J'ai réussi à avoir l'adresse de l'artiste italienne qui réalise ces oeuvres. J'ai donc passé les Alpes pour faire un stage à Turin. Depuis, le découpage m'habite !

D'abord, je dois trouver des objets interessants à décorer. J'aime beaucoup les objets du 19 ème siècle : en émail, fer blanc ou en zinc. Ces objets partiraient à la décharge car trop âbimés. Ce sont des objets uniques qui ont un passé, il font partie de notre patrimoine rural. Des hommes et des femmes les ont utilisés, ce qui est touchant. Grâce au découpage, ils renaissent et sont à nouveau dans nos maisons, utiles et surtout décoratifs. Puis vient la recherche de beaux découpages, à la bonne taille, et à la bonne couleur pour réaliser le motif : visites chez les libraires, bouquinistes, papeteries.... La pose de ces motifs avec fonds appropriés met en évidence notre sens artistique.

Travail de recherche par excellence, tatonnement, remise en question, attente, l'assemblage peut se réaliser. Puis les papiers sont collés : plus rien ne peut être modifié.